Attaque d’un commissariat à Iquique

dance-macabre

Déclaration de l’attaque d’un commissariat à Iquique, le 30 mars 2015

La violence se présente à nous comme une réponse à la soumission que demandent les autorités. Leur répression constante, leur aliénation avec les puissants nous oblige à agir avec les armes qui sont à notre portée. L’institution des Carabineros du Chili représente une protection pour l’ordre autoritaire (appelé aujourd’hui démocratie) revendiqué par l’État dirigé par Michelle Bachelet et ses acolytes (parmi eux le patronat et la droite parlementaire). L’établissement de cet ordre n’engendre pas le bien-être de chacun des individus ni le développement de leurs capacités, car il est mis en place au bénéfice des classes privilégiées et leur morale hiérarchique. La lutte contre l’autorité, et avec elle la soumission, l’injustice, la pauvreté, l’ignorance et la ségrégation, dépasse les méthodes légales de résolution de conflit, et ça n’est pas par le chemin de la légalité que nous avons l’intention de nous libérer de l’esclavage, car c’est ce même chemin qui mène à tout cela. Il n’est pas difficile de voir au quotidien comment les couches de la population les plus dépossédées sont enfermées dans les prisons, tandis que les riches dorment dans leurs lits confortables et se délectent de leurs festins, dilapidant l’argent obtenu grâce au vol du travail des autres.

La réalité nous met dans une situation de confrontation avec l’État, la loi, la police, le capitalisme, le patriarcat et tout ce qui protège consciemment les intérêts des dominants. Nous avons conscience de l’aliénation de ceux qui sont policiers, qui en général appartiennent aux classes opprimés, issus de milieux très pauvres et qui ne le sont pas beaucoup moins dans le présent, mais nous devons voir qu’ils travaillent au service de l’exploitation. Ce sont des années d’histoire répressive, ils le portent dans leur ADN [sic], les victimes sont innombrables, et ils ont toujours été chargés de freiner les processus révolutionnaires, en assassinant au nom des banques, de la dictature, des grands patrons, au nom des Luksic,  Angelini,  Peñailillo [1], de la démocratie et de la classe politique internationale.

Pour tout cela cet acte de violence cherche à symboliser le feu ardent contre l’ennemi. C’est un appel à l’agitation permanente, qui considère que chaque acte violent cherchant à briser les chaînes de l’oppression est un acte de solidarité avec les combattants morts et ceux qui sont dans les centres d’extermination étatique.

Solidarité active avec Nataly Casanova, Juan flores Riquelme, Marcelo Villarroel, Freddy Fuentevilla, Juan Aliste, Mónica Caballero, Tamara Sol Farias, Francisco Solar.

Nous serons comme des cafards, une plaie qui se répand à la chaleur du feu et que pas même la bombe atomique ne pourra exterminer …

Parce que nous ne nous reposons pas entre les griffes du capital, nous l’attaquons par toutes les différentes formes de lutte, jusqu’à détruire la dernière de ses propriétés.

[1] Grandes fortunes chiliennes

Ediciones Aukan

 

Laisser un commentaire